Bordeaux-Paris 2008

Merci à Dominique.B pour les photos et le compte-rendu de son Bordeaux-Paris.


" Samedi 21 juin 14 h à ARTIGUES lieu de départ de BORDEAUX PARIS, il fait 35° c'est l'été.
La chaleur est torride, nous sommes environ 300 à avoir choisi la dernière vague de départ pour un temps limité à 27 heures.



Et ça part comme un départ de cyclosportive, le compteur flirte avec les 40 kms/heure.
C’est déraisonnable de suivre ce peloton fou, pourtant je reste dans les roues 50 kms avant de me décider à me relever. Je laisse partir environ 80 fusées pointées sur PARIS, je change de rythme et j'attends longuement un deuxième groupe qui roule à une allure beaucoup plus raisonnable.
C'est là que j'aurais du rester, depuis le départ, l'esprit compétition me pousse encore à faire des erreurs de débutant, et avec cette chaleur cela ne pardonne pas. Quand j'arrive au premier contrôle au km 104, je sens mes jambes anormalement vides, je suis victime d'un coup de chaleur !
Je suis parti trop vite, je bois beaucoup, je n'ai plus rien dans les jambes. Pourtant je sais que ma condition est bonne, cette faiblesse ne peut être que passagère. Aussi, au kilomètre 150 je décide de faire une pause.
Je m'assois à l'ombre, je bois, je mange, je récupère calmement pendant 30 minutes. Je me sens mieux et je décide de reprendre la route à un rythme de croisière. Les jambes répondent bien et je vais bien, je taille la route avec un compagnon à qui il est arrivé la même aventure. Nous nous sentons privilégiés quand nous remontons de nombreux concurrents en grande défaillance allongés sur l'herbe à l'ombre de bosquets.



La route est brûlante et le goudron fond. Heureusement la nuit va arrivé bientôt. Pendant plus de 200 bornes le terrain est vallonné avec un enchaînement de côtes et de faux plat.
La nuit est là et sa fraîcheur est plus propice a l'effort. Les kilomètres défilent, entrecoupés par les arrêts de pointages et de ravitaillement. Aux environs de CLION il est 4 heures du matin et notre groupe de 15 participants constitué au ravito MARTIZAY avance bien. Soudainement , nous subissons les assauts d'un vent violent et d'une pluie cinglante qui contraste avec la fournaise de la journée. L'orage qui nous surprend est accompagné de très nombreux et spectaculaires éclairs qui déchirent le ciel noir. Ce changement de conditions, réduit notablement notre allure. Grâce à la solidarité du groupe nous arrivons au petit jour, toujours sous la pluie, au pointage de NOYERS SUR CHER. Il nous reste 240 bornes pour rejoindre l'arrivée. Il fait très frais, presque froid, nous fonçons bon train a travers la Sologne mouillée. C'est seulement vers 10h30 que la pluie laisse la place au soleil. En moins d'une heure on se retrouve avec le même menu que la veille : la chaleur.  C’est reparti pour la chasse à la cannette ! Il est 13 h 45 quand nous arrivons au dernier contrôle. Après une bonne pause nous remontons sur nos destriers pour effectuer les 70 derniers kilomètres. Notre groupe a fondu, les défaillances silencieuses, nous ont réduit
à 4 vélos et un tandem.



Pour moi les jambes répondent toujours bien malgré la pluie qui a durci les muscles.
Les 30 derniers kilomètres sont "casse pattes" avec des stops, des feux, des traversées de petites villes avec du trafic urbain et des côtes sèches qui ralentissent notre progression vers BALLAINVILLIERS.
Il est 16 h35 quand nous entrons sur l'aire d’arrivée, BORDEAUX PARIS est terminé, peut être le dernier aux dires des organisateurs. En tout les cas si l'épreuve continue, je pense qu'une sérieuse remise en cause est à faire quand à la prestation offerte par rapport au prix de l'inscription.
Personnellement, je suis classé 120° au scratch sur plus de 1300 inscrits. La place est honorable mais j' espérais un temps bien inférieur à celui de 26 h 43. Déception sur ce point, mais content d'avoir participer à un raid qui fait partie des courses de légende de l'histoire du cyclisme.


 
Je me souviens enfant avoir vu passé à grande vitesse dans le sud de la TOURAINE, les burdins avec leur coureurs collés dans les roues arrières, du grand spectacle pour un enfant passionné de vélo



Voilà, salut à tous et  à bientôt sur la route...

Dominique"