Jean-Louis au brevet des Cimes

La traversée des Pyrénées



" Hello
 
Voici quelques photos de notre sympathique traversée des Pyrénées 2012 soit 700 Kms, 23 cols et 16 500 mètres de dénivelé.


  cliquer sur l'image

Partis du pays basque (ST Jean de Luz) avec la pluie et arrivé chez les catalans (Prades) sous la chaleur, l'organisation (53X12) proposait des étapes allant de 95 à 155 Kms pour la plus longue et la plus dure. Je pense que certains s'en  souviendront longtemps de cette arrivée à Saint Lary avec 4200 mètres de dénivelé.
 
Sur la première étape après le col d Ibardin petit tour en Espagne collado d'Otzongo pour revenir en France par le col d'Ispéguy et première soirée à ST Jean pied de Port ville très sympa. Mais j'ai passé l'après midi chez le vélociste à essayer de régler mon triple plateau qui fait des siennes mais tout cela en vain. Dommage la ville est animé et agréable mais l'hôtel pas top...
 
Le lendemain départ sous la pluie direction Arudy avec un col méconnu (Ahusquy) mais un des plus dur avec 10 Kms à 10% tout en ligne droite sous une pluie diluvienne. La roue arrière n'adhère pas dans les passages à 15 / 17 % et je suis obligé de descendre de mon vélo pour changer de plateau oh...... Après on passe Ichère, Lie et Marie Blanque pour arriver à Arudy (village coup de coeur) vraiment très sympa mais nous devons nettoyer les vélos et passer plus d'une heure à cette tache.
 Étant donné les petites capacités des hôtels nous sommes logés dans différentes structures mais pas de bol nous sommes obligés de faire 10 Kms de plus que les mieux lotis ceux qui s’arrêtent à Bielle.
 Le lendemain l'étape fait peur et nous rejoignons, comme des fous 45 au compteur, le groupe à Bielle dans la vallée pour une journée marathon jusqu'à Saint Lary soit 155 Kms avec Aubisque, Soulor,  Tourmalet et pour finir l'Hourquette d'Ancizan. On est tous cuit et rouge comme des écrevisses. Nous avons eu très chaud. Heureusement dans les vallées nous roulons groupé enfin quand on peut lol. Mais dans les cols chacun pour soi et le régional du coin (mon ancien coach lol) nous accompagne sur la montée  de l'Aubisque et jusqu'en haut du Soulor. Merci pour la compagnie et les photos prises où on me voit en excellent grimpeur à 7/8 km/h mais promis je vais m'améliorer… Heureusement la bière fut très bonne à Saint Lary on récupère doucement à notre hôtel qui fut un des mieux du périple. Heureusement car le lendemain (4 cols) on commence d'entrée par col d'Azet puis on enchaîne  Peyresourde puis Menté sous un soleil de plomb et sans ombre. On finit par le Portet d'Aspet : pas mal pour récupérer...


  cliquer sur l'image


Nous arrivons à ST Girons et là un chalet nous attend. Génial mais le lit est trop petit : mauvaise nuit....et le menu du soir pas top avec des quenelles : beurk
 
Départ de ST Girons avec un long faux plat montant mais ça roule vite jusqu'à Aulus et nous montons le col d'Agnès et le Port de Lers  dans la brume. La visibilité est de 20 mètres et il pleuviote.
Jolie descente jusqu’au ravito puis faux plat descendant jusqu'à Tarascon et on remonte légèrement jusqu'à l'arrivée à Ax les Thermes pour une bonne après midi de détente en visitant les terrasses de café ça fait du bien !

cliquer sur l'image


Le lendemain dernière étape en commençant après 50 mètres de plat par le Port de Paillères. C’est très agréable le matin, la route nous appartient puis descente et col du Moulis puis Garavel et pour finir le dernier le col de Jau avec un mauvais souvenir. J'ai failli ne pas terminer car je casse ma chaîne à 8 Kms du sommet. Jamais de ma vie j'avais cassé cette pièce la puissance a parlé… et je patiente. Personne ne possède l'outil mais après une heure d'attente mon sauveur : un membre de l'ESF.  Merci et me voila parti à réparer cette maudite chaîne. Je n’ai plus trop confiance et ne me mets pas en danseuse jusqu’à l’arrivée en haut du col. Il ne me reste plus que 26 Kms de bonheur, que de la descente, c'est bon un mélange de bonheur de satisfaction d'avoir terminé cette aventure humaine et sportive. La plus dure que j'ai connu car le fait d'enchaîner les étapes c'est usant, et les conditions météo et différences de température sont des éléments qui s'ajoutent et accentuent les douleurs. Et le soir ce n’est pas facile de descendre du vélo mais que c'est bon. Merci à Cyril et prêt pour de nouvelles aventures…
Au plaisir

Jean-Louis "