" BCMF des Vosges"

Les impressions de Daniel.C :

" Après le BCMF du Jura, 800 cyclos s’étaient donné rendez-vous à Colmar le 29 Juin pour le BCMF des Vosges.

Plusieurs options étaient proposées, personnellement j’avais choisi la version sportive « Randonneur » qui consiste à effectuer  le parcours de 220 km pour une dénivelée de près de 4000 m en une seule journée.

Pour accomplir ce périple où douze cols étaient au menu j’ai décidé d’enfourcher mon vélo équipé d’un éclairage dès 5 heures du matin . La température était  douce et le début du parcours  commençait par la belle montée vers Thannenkirch (haut lieu de la cerise) pour rejoindre le col du Schaentzel. Les jambes tournent bien, l’allure de mes 2 compagnons de route me satisfait et le sommet est atteint sans peine.



Nous descendons vers la vallée de Sainte Marie aux Mines pour gravir  le col des Bagenelles qui amène vers une petite station de ski. Nous poursuivons vers le col du Pré des Raves où . mes 2 compagnons s’attardent au contrôle ravitaillement  Seul je descends vers le col de Fraize pour atteindre Gérardmer et ensuite grimper le col des Feignes Jusqu’à maintenant tout va bien mais il reste encore une bonne centaine de kilomètres. La redoutable montée de Blanchemer à travers la forêt (5km à 12 % de moyenne) qui nous hisse sur la Route des Crêtes punit  les amateurs de gros braquets . Je dévale ensuite vers  Soultzeren où un plateau repas nous attendait.

Une fois restauré c’est le col du Wettstein qui me tend les bras  avant de descendre vers  Orbey pour partir à l’assaut du Col de Bramont. Ce col est très exigeant et les jambes commencent réellement à être lourdes. Je dévale vers Lapoutroie pour retrouver le Col du Chamont. Ce col est  aussi exigeant que le précédent et nettement  plus long. C’est un peu la galère mais il faut continuer pour atteindre Aubure par  le Col de Freland  puis rejoindre le col du Haut Ribeauvillé. Là nous attend une belle descente vers le vignoble alsacien mais oh surprise le final fait mal au moral  Pas moins de trois murs dans les vignes (entre 12  et 15 % ) à escalader avant de rejoindre Horbourg-Wihr .

A l’arrivée j’étais satisfait de ma journée et une bonne bière vint me réconforter."