Recherche sur le cancer des ovaires
Santé & Bien-être

Recherche sur le cancer des ovaires

Le cancer de l’ovaire est un tueur silencieux et l’un des dangers les plus mortels pour la santé des femmes. Selon l’American Cancer Society, environ 20 180 femmes américaines seront identifiées comme atteintes d’un cancer de l’ovaire cette année seulement. Chaque femme court un risque de 1:57 de contracter un cancer de l’ovaire au cours de sa vie.

Très compliqué à diagnostiquer

Les signes du cancer de l’ovaire ne sont pas perceptibles jusqu’à ce que le cancer finisse par être répandu et important, ce qui explique pourquoi d’innombrables femmes meurent de cette maladie redoutable chaque année. Bien que le cancer de l’ovaire soit traitable, dans de nombreux cas, il est détecté tardivement, ce qui entraîne des problèmes et la mort des patientes.

Étant donné qu’il n’existe à ce jour aucun moyen sûr et fiable de détecter ou d’identifier le cancer de l’ovaire à un stade précoce, les professionnels, les groupes de recherche et les groupes de défense du cancer, ainsi que les entreprises du gouvernement fédéral, font tout ce qu’ils peuvent pour faire enfin la lumière sur les zones d’ombre de cette maladie mortelle. Certaines organisations offrent des subventions aux personnes désireuses de mener une étude sur le cancer de l’ovaire.

L’Alliance nationale du cancer de l’ovaire est l’une des organisations les plus populaires qui sensibilisent au cancer de l’ovaire. Elle a été créée en 1997 par sept groupes de défense du cancer de l’ovaire qui ont uni leurs forces pour renforcer les efforts de promotion de l’éducation sur le cancer de l’ovaire.

Les groupes d’étude de la recherche sur le cancer de l’ovaire pénètrent dans plusieurs domaines du cancer de l’ovaire, notamment ses symptômes (tant dans la phase précoce que dans la phase tardive), ses phases, ses éléments de risque, sa prévention, la diminution de la menace et son traitement, dans le but d’accroître la sensibilisation à ce cancer. La compréhension de ces aspects peut être la meilleure protection d’une femme contre ce cancer.

Un taux de mortalité très élevé

Néanmoins, outre le fait qu’il existe de nombreuses lacunes à combler, les recherches sur le cancer de l’ovaire sont menées en raison du taux de mortalité élevé de ce cancer. Aux États-Unis, le cancer de l’ovaire est le cinquième des cancers gynécologiques qui mettent les femmes en danger de mort. Plus de 50 % des femmes identifiées comme étant atteintes de cette maladie décéderont dans les cinq ans, selon les enquêtes. C’est dans ce contexte que les groupes de recherche sur le cancer de l’ovaire font tout leur possible pour révéler les réalités cachées de cette maladie.

La plupart des études sur le cancer de l’ovaire révèlent que les femmes atteintes de cette maladie présentent les signes suivants : des troubles gastro-intestinaux constants et compliqués, des nausées, des troubles de la digestion, des ballonnements ou des gonflements de l’abdomen, des douleurs dans la région abdominale et pelvienne, de la fatigue, des mictions fréquentes et des saignements irréguliers pendant la période post-ménopausique.

Une étude actuelle sur le cancer de l’ovaire menée par l’université de Californie révèle que plus d’un tiers des femmes chez qui un cancer de l’ovaire a été détecté ont présenté des signes au moins quatre mois avant que le cancer ne leur soit diagnostiqué ; il est donc probable que le cancer de l’ovaire puisse être identifié plus tôt.

Pourquoi est-ce dur à diagnostiquer ?

Les chercheurs ont expliqué que la raison pour laquelle le cancer n’est repéré qu’à un stade avancé est que les médecins n’effectuent pas de tests qui pourraient éventuellement détecter le cancer immédiatement. Les médecins font généralement subir aux patients des examens d’imagerie de l’estomac et certains traitements intestinaux, qui, selon eux, ne sont pas très fiables pour identifier cette maladie.

D’autres travaux de recherche sur le cancer de l’ovaire visent à améliorer le traitement du cancer de l’ovaire et à prévenir cette maladie. De nombreuses études médicales sont menées pour évaluer soigneusement la capacité d’un médicament à prévenir le développement du cancer de l’ovaire chez les femmes à haut risque et à traiter celles qui en sont aux premiers et derniers stades du cancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.