Étude sur la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est la forme la plus courante de démence, une grande catégorie d’affections qui entraînent une usure progressive de la pensée et de la mémoire. Les personnes touchées par la maladie d’Alzheimer, normalement âgées de 65 ans et plus, présentent également des modifications comportementales telles que l’agitation, l’hostilité et une incapacité à découvrir la méthode même dans des environnements familiers, en plus de problèmes cognitifs et de mémoire.

Les recherches actuelles sur la maladie d’Alzheimer n’ont pas encore permis d’expliquer la véritable raison de cette affection, mais de nombreuses théories sont en jeu. La première véritable étape de l’étude de la maladie d’Alzheimer a eu lieu en 1906, à partir des observations du Dr Alois Alzheimer, dont la maladie porte le nom. Après avoir examiné le tissu cérébral d’un de ses clients décédé d’une maladie neurodégénérative, il a observé des « plaques et des enchevêtrements », qui sont aujourd’hui considérés comme les fonctions primaires de la maladie. En d’autres termes, si ces plaques et ces écheveaux sont présents dans le cerveau d’une personne, celle-ci est atteinte de la maladie d’Alzheimer. Mais, naturellement, cela ne peut se faire que post mortem, d’où la nécessité d’une autre méthode pour identifier l’existence de ces plaques et enchevêtrements sans avoir à disséquer le cerveau.

L’étape suivante dans l’étude de la recherche sur la maladie d’Alzheimer, en particulier dans la détection de la maladie, consiste à éliminer les autres maladies connues qui peuvent déclencher une démence ou des symptômes similaires à la démence. Ensuite, le client est soumis à une batterie de tests mentaux et de mémoire afin d’identifier la maladie d’Alzheimer.

Pour accroître encore la précision du diagnostic médical, la recherche sur la maladie d’Alzheimer a également mis au point des méthodes d’imagerie cérébrale, telles que l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et la tomographie par émission de positons (ANIMAL). Cette « sonde » finira par pénétrer dans le cerveau où elle se fixera sur les enchevêtrements ou les plaques, les « étiquetant » d’une certaine manière et permettant à ces caractéristiques d’être visualisées dans le système d’imagerie.

Une avancée récente dans la recherche sur la maladie d’Alzheimer adopte l’approche héréditaire de la maladie. Les scientifiques pensent que la maladie d’Alzheimer et le gène « apoE4 » sont liés, de sorte que si une personne a cette pression spécifique du gène dans son codage héréditaire, il y a de fortes chances qu’elle soit atteinte de la maladie d’Alzheimer. Des études sur la maladie d’Alzheimer ont été réalisées sur les tests génétiques qui peuvent améliorer la précision et la rapidité du diagnostic.

L’âge est un autre élément de menace qui est plus évident que l’existence du gène apoE4. Une étude sur la maladie d’Alzheimer montre que les gènes liés à la maladie d’Alzheimer familiale, qui représente environ 7 % de la population atteinte de la maladie, sont hérités. Cela indique que les gènes ont quelque chose à voir avec la susceptibilité familiale massive à la maladie d’Alzheimer.

De nombreuses autres études sur la maladie d’Alzheimer sont actuellement menées. La plupart d’entre elles sont axées sur la recherche de traitements, de thérapies et de médicaments pour aider les patients, mais il existe également des études qui visent à démontrer les nombreuses hypothèses sur la maladie d’Alzheimer.

La première véritable action de recherche sur la maladie d’Alzheimer a eu lieu en 1906, grâce aux observations du Dr Alois Alzheimer, qui a donné son nom à la maladie. Un développement récent de la recherche sur la maladie d’Alzheimer s’intéresse à la technique héréditaire de la maladie. Les chercheurs pensent que la maladie d’Alzheimer et le gène « apoE4 » sont liés, de sorte que si un individu a ce stress particulier du gène dans son codage héréditaire, il y a des chances qu’il soit atteint de la maladie d’Alzheimer. L’étude de la recherche sur la maladie d’Alzheimer montre que les gènes associés à la maladie d’Alzheimer familiale, qui représente environ 7 % de la population atteinte de la maladie, sont hérités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.